Société des Naturalistes et Archéologues de l’Ain

Champignons singuliers rencontrés en 2011

Publié le jeudi 24 novembre 2011 par Claudette TABARY

Article de Gaëtan AUTUORO

Des champignons peuvent se présenter sous des formes multiples parfois très singulières. Voici quelques clichés lors de sorties dans les lieux suivants : Haut-Bugey, Morvan, bois de Bouvent, Ardèche. J’ai pris soin de noter quelques descriptions et remarques pour la clarté.

Dans la famille Auriscalpiaceae

Auriscalpium vulgare – hydne cure-oreille -

JPEG - 112.2 ko
Auriscalpium vulgare

Ce curieux champignon, isolé ou en groupe pousse sur cônes de pins. Son chapeau de 10 à 20 mm est réniforme, pubescent, gris brunâtre à brun-vineux-noir. Il possède des aiguillons courts de 1 à 3 mm, adnés, peu serrés, bruns puis brun-gris. Son pied brun à brun-noir, 20 à 50mm x 1 à 2mm est fixé latéralement au chapeau, vertical, cylindrique, pubescent parfois renflé à la base.

Dans la famille Hericiaceae

Hericium clathroides ( = ramosum = coralloides )

Ce magnifique champignon de plus de 300mm à été découvert à la base d’un hêtre à près de mille mètres d’altitude. Il est constitué de nombreux rameaux coralloïdes fragiles à face inférieure couverte d’aiguillons pendants, couleur blanc-crème comme la chair qui peut devenir rosée à rougeâtre avec l’âge.

JPEG - 392.3 ko
Hericium clathroides
JPEG - 310.3 ko
Hericium clathroides

Dans la famille Nidulariaceae

Cyathus striatus

En forme d’urnes de 1 à 1,5 cm cylindroconiques elles sont au début, d’abord fermées par une membrane blanchâtre puis se déchirent à maturité. La face interne est striée cannelée. La partie inférieure contient 12 à 16 péridioles fixés par un cordon très fin. Cette espèce vient sur bois en décomposition.

JPEG - 97.1 ko
Cyathus striatus

Cyathus striatus Cyathus striatus

Dans la famille Phallaceae

Phallus impudicus – satyre puant -

Jeune il apparaît sous forme d’oeuf globuleux. A maturité il en sort un pied poreux blanc surmonté d’un chapeau alvéolé (blanc aussi) recouvert d’une gléba verte (à odeur cadavérique écoeurante) qui disparaît à la fin, dévorée par les mouches.

Phallus impudicus Phallus impudicus Phallus impudicus

Dans la famille Hymenogastraceae

Rhizhopogon obtextus (ou luteolus)

Il ressemble à une petite pomme de terre de 20 à 70 mm de large d’abord jaune sale puis brun olive avec l’âge et avec de petites racines. Ce sont Alain Petitjean et Bernard Igonin qui ont découvert cette « fausse truffe » semi-souterraine au pied d’un pin dans le Haut-Bugey. La partie fertile, hyménium, est veinulée gris jaunâtre puis vert olive.

Rhizhopogon obtextus Rhizhopogon obtextus

Dans la famille Tremellaceae

Tremella mesenterica

Forme molle à plis et lobes contournés, tremblants, entièrement de couleur jaune d’oeuf voir pâle à blanchâtre et brillant. C’est le parasite du mycélium de champignons nommés Peniophora formant des croûtes sur le bois.

Tremella mesenterica

Dans la famille Lycoperdaceae

Calvatia utriformis Lycoperdon coelatum

Forme semi-globuleuse tronquée à ombiliquée, craquelée en verrues blanches fibrilleuses pyramidales ; taille de 5 à 10cm de haut sur 4 à 15 cm de largeur. Ces exemplaires ont été cueillis dans une prairie à bovins à environ 1000m d’altitude.

Calvatia utriformis

Dans la famille Polyporaceae

Grifola frondosa (Polyporus intybaceus)

Un ensemble de chapeaux semi-circulaires latéraux gris-brun fibreux à gris fuligineux, en touffe de 20 à 40 cm, immuables au toucher, tubes décurrents. La chair est blanche, peu coriace à odeur de purée de pomme de terre. Comestible jeune le Maitaké (voir l’encyclopédie Wikipédia sur le Web) aurait, d’après la légende japonaise, des propriétés médicinales. Cet exemplaire a été récolté à 1000m d’altitude sur une souche de châtaigner.

Grifola frondosa

Texte et photos : Gaëtan Autuoro